Moyen Age
Renaissance
Seconde Guerre Mondiale
Le bombardement de Sochaux
Contemporain
 

 

 

16 juillet 1943 : L'usine et la Luftwaffe


Les usines Peugeot de Sochaux comptaient un effectif total de 13500 employés en 1938 pour produire 47213 véhicules, des 302 et des 402.


A la déclaration de guerre de 1939, les usines sont réquisitionnées par la Défense Nationale pour répondre à des commandes d’armement.

Ainsi, de septembre 1939 à avril 1940, les usines travailleront à l’équipement des avions de type AMIOT (pièces, moteurs et munitions).

Après la Débâcle de mai-juin 1940, les usines sont occupées par l’armée allemande qui récupère les stocks et les obus et quelques pièces d’avions pour être envoyés à Bordeaux, direction l’Allemagne par voie de mer.

Mais le port de la préfecture girondine sera bombardé par la marine franco-britannique et la cargaison des navires allemands sera coulée.

Une partie des ateliers servira alors à la fabrication des camionnettes DK5 puis des camions DMA, environ 13919 jusqu’à 1943 puis à peine 1390 après le bombardement et jusqu’à septembre 1944.

On y construisait aussi des « VLV », petites voiturettes électriques, on y réparait les véhicules allemands et on répondait aux commandes des firmes allemandes telles que Daimler-Benz, BMW, Ford Cologne, Etc…

Mais la production principale reste pour la Luftwaffe. Des ateliers de montage entiers servaient à la fabrication de moteurs et de pièces de FOKKE-WULF.

Ce sont ces ateliers de montage qui seront la raison du raid britannique du 16 juillet 1943.


Article principal :
Le bombardement de Sochaux

Commentaires liés à cet article (0 commentaire(s))


Ajout d'un commentaire
Votre nom :
Votre message :

recopiez le code numérique indiqué ci-dessus :